Peinture Grue du Japon rêveuse / Painting A dreaming Japan Crane

Peinture Grue du Japon rêveuse / Painting A dreaming Japan Crane

Grue du Japon rêveuse

Choose your language at the top of the right column of my website !

C’est un documentaire sur la faune de l’ile japonaise d’Hokkaido qui m’a inspirée cette peinture à l’encre aquarelle d’une grue du Japon des marais de Kushiro dans la brume du petit matin.
L’attitude de cette grue m’a fait penser à celle d’une personne immobile perdue dans ses rêves d’où le qualificatif de « rêveuse ».
L’enregistrement d’ondes cérébrales pendant la phase de sommeil paradoxal permet de penser que tous les animaux à sang chaud comme les oiseaux et les mammifères rêvent.
Moi je rêve le jour comme la nuit : cela me repose et me dynamise, car cela me fait du bien.
En plus je rêve parfois mes dessins et mes peintures : j’essaie d’imaginer comment imaginer et magnifier une idée, un sujet. Vincent Munier n’a-t-il pas dit qu’il rêvait ses photos ? Et lorsque je regarde ces photos je ne crois volontiers.
Peut-être est-ce une particularité des artistes.

Savez-vous que nous pouvons sentir et entendre pendant notre sommeil ?
Alors faites de beaux rêves et à la semaine prochaine !

Dessins et peinture Guillemot de Troil (Uria aalge) / Drawing, sketch and painting A Common Murre

Dessins et peinture Guillemot de Troil (Uria aalge) / Drawing, sketch and painting A Common Murre

Guillemot de Troïl, plumage hiver

Guillemot de Troïl, plumage d’hiver

Choose your language at the top of the right column of my website !

Voici son esquisse et ses portraits au crayon et à l’encre aquarelle.

Guillemot de Troïl

Guillemot de Troïl, plumage été

 

 

 

 

 

 

 

Long de 43 cm, il pèse de 850 à 1130 g et il a une envergure de 64 à 71 cm. Sa longévité est de 32 ans.
Le guillemot de Troïl est le plus grand des 3 alcidés (macareux moine, pingouin torda) de France.
Comme le fou de Bassan il se nourrit principalement de poissons. Parfois il ajoute  des crustacés à son menu. Il est grégaire et en hiver, il forme des troupes importantes qui sillonnent la haute mer en quête de nourriture. Pour pêcher, les bandes de guillemots plongent dans les bancs de poissons, mais ils ne peuvent transporter qu’un seul poisson.
Il niche en colonie sur les corniches rocheuses des côtes : Grande-Bretagne, Islande, Scandinavie, France… Il hiverne en Manche et dans le golfe de Gascogne. Il pond son unique oeuf à même la roche, mais comme il est conique cela lui évite de faire un roulé-boulé dans la mer en contrebas.
S’il y a plus de 2 millions de couples en Europe, il est en danger en France du fait, par ordre décroissant, des captures accidentelles dans les filets maillants (ils meurent noyés), des pollutions aux hydrocarbures (dégazages et marées noires) et de la forte prédation par les corvidés.
Fin de la série Oiseaux de mer !
Pour la prochaine série, je vous raconterai mon premier stage Modèle vivant…

Peinture Oiseaux des Marais de Kushiro (ile d’Hokkaido) / Painting Birds at the Kushiro marshs (Hokkaido Island)

Peinture Oiseaux des Marais de Kushiro (ile d’Hokkaido) / Painting Birds at the Kushiro marshs (Hokkaido Island)

Cygne chanteur et grue du Japon des marais de Kushiro

Choose your language at the top of the right column of my website !

C’est un documentaire sur la faune de l’ile japonaise d’Hokkaido qui m’a inspirée cette peinture à l’encre aquarelle d’un cygne chanteur et d’une grue du Japon des marais de Kushiro dans la brume du petit matin.
J’aime bien les paysages un peu brumeux, car je trouve qu’ils dégagent une ambiance paisible et qu’ils incitent au rêve.
Ces marais font partie du parc Kushiro Shitsugen qui a été créé en 1987 sur une zone humide de la convention RAMSAR. Incluant la ville de Kushiro, il est traversé par la rivière Kushiro (fumante dans l’air glacée de l’hiver à cause des sources d’eau chaude) qui coule à travers le parc sur 157 kilomètres. Il abrite des espèces en voie de disparition comme le saumon du Danube ou le hibou Grand-Duc de Blakiston. Et il est le seul endroit au Japon où on peut trouver la salamandre sibérienne qui peut survivre à une température de – 45°C.

Savez-vous que le parc Kushiro Shitsugen abrite aussi plus de 600 plantes différentes ?