Dessin Pétrel noir de Bourbon (Pseudobulweria aterrima) / Sketch A Great-winged Petrel

Dessin Pétrel noir de Bourbon (Pseudobulweria aterrima) / Sketch A Great-winged Petrel

Pétrel noir de Bourbon (Pterodroma macroptera)

Choose your language at the top of the right column of my website !

Les pétrels comme les albatros, les puffins et les fulmars sont dotés d’un bec à narines tubulaires qui leur permet d’avoir un odorat extrêmement développé et de localiser la nourriture et les sites de reproduction.
A défaut d’avoir dessiné en détail ses narines, j’ai fait son esquisse au crayon.
Avec ses ailes longues et étroites, le pétrel noir de Bourbon est un oiseau profilé pour les déplacements de longue distance en haute mer, profitant des vents et des mouvements d’air créés par les vagues pour minimiser les efforts et donc les dépenses énergétiques. Il nage en surface et plonge grâce à ses pattes palmées.
Il se nourrit principalement de calmars, poissons et crustacés et ne vient à terre que de nuit pour nidifier dans un terrier établi sur un sol plat. Femelle et mâle sont identiques et le juvénile a une zone grise autour du bec.
Après une longue absence, il est à nouveau présent sur l’île de la Réunion et a fait l’objet d’un projet LIFE+ de 2014 à 2020. Comme le pétrel de Barau, il est menacé par des espèces introduites, comme les chats et les rats, et par la pollution lumineuse.
Doté d’une envergure de 97 cm d’envergure, il est présent et nicheur au sud de l’Afrique, à Madagascar et La Réunion, en Australie, Nouvelle Calédonie et Nouvelle Zélande.

Rendez-vous mardi 2 février 2021 avec un petit oiseau, le mergule nain !

Dessin Goéland brun (Larus fuscus) / Sketch A Lesser Black-backed gull

Dessin Goéland brun (Larus fuscus) / Sketch A Lesser Black-backed gull

Goéland brun (Larus fuscus)

Choose your language at the top of the right column of my website !

Aujourd’hui, je vous présente l’esquisse du goéland brun que j’ai un peu « nettoyée ».
Blanc avec un dos et des ailes brun foncé à noir, on le reconnaît à ses pattes jaunes ou jaunes orangées.  En hiver la tête des adultes est striée de gris. Son bec est semblable à celui du goéland argenté, mais en plus mince.

Il fait 61 cm de long pour un poids allant de 650 à 1000 g. Sa durée de vie est de 26 ans. Avec 124 à 127 cm d’envergure, c’est le deuxième plus grand goéland après le goéland marin. Il a un vol puissant, impressionnant par son amplitude et ses décrochements rapides en piqué.

Le goéland brun est un « pirate » des plages, un charognard qui suit les bateaux de pêche à la recherche de déchets, et qui fréquente les ports et les décharges.
Il est omnivore et se nourrit de charognes, de détritus, de mollusques, de poissons, de vers, d’insectes, de souris, d’oiseaux, d’oeufs, parfois aussi d’algues et de graines.

Rendez-vous mardi 26 janvier avec un oiseau très rare, le pétrel noir de Bourbon !

Dessin Goéland argenté (Larus argentatus) / Naturalist drawing – An European Herring Gull

Dessin Goéland argenté (Larus argentatus) / Naturalist drawing – An European Herring Gull

Goéland argenté (Larus argentatus)

Choose your language at the top of the right column of my website !

Voici l’esquisse du portrait d’un goéland argenté que j’ai retravaillée chez moi, mon professeur m’ayant fait remarquer qu’il avait vraiment l’air méchant.
Ce familier des côtes ouest de la France est aujourd’hui aussi présent à l’intérieur des terres du fait de la diminution des décharges où il trouvait de quoi se nourrir. Il niche même sur certains toits de Paris !
Blanc avec un dos et des ailes grises contrastées de quelques grandes plumes noires pointillées de blanc, on le reconnaît à ses pattes roses grisâtres.
Avec son 1,2 à 1,5 m d’envergure, c’est le troisième plus grand goéland après le goéland marin et le goéland brun. La femelle est un peu plus petite que le mâle et a le même plumage. La mandibule inférieur de son bec possède une tache rouge sur laquelle le poussin tape pour faire régurgiter son parent. A la naissance (avril-mai) ce dernier est gris blanc tacheté de noir et il acquiert son plumage d’adulte à sa troisième année. Entre temps son plumage sera marron taché de blanc.
Il se nourrit de poissons, mollusques, crustacés, d’oeufs et d’oisillons des oiseaux d’autres espèces. Et en hiver graines, cadavres et déchets alimentaires humains constituent son menu. Malin, pour casser la coque ou la carapace de certaines proies, il les laisse tomber d’une hauteur de plusieurs mètres sur un rocher ou une digue.

Rendez-vous mardi 19 janvier avec son cousin, le goéland brun !