Peinture Grue du Japon rêveuse / Painting A dreaming Japan Crane

Peinture Grue du Japon rêveuse / Painting A dreaming Japan Crane

Grue du Japon rêveuse

Choose your language at the top of the right column of my website !

C’est un documentaire sur la faune de l’ile japonaise d’Hokkaido qui m’a inspirée cette peinture à l’encre aquarelle d’une grue du Japon des marais de Kushiro dans la brume du petit matin.
L’attitude de cette grue m’a fait penser à celle d’une personne immobile perdue dans ses rêves d’où le qualificatif de « rêveuse ».
L’enregistrement d’ondes cérébrales pendant la phase de sommeil paradoxal permet de penser que tous les animaux à sang chaud comme les oiseaux et les mammifères rêvent.
Moi je rêve le jour comme la nuit : cela me repose et me dynamise, car cela me fait du bien.
En plus je rêve parfois mes dessins et mes peintures : j’essaie d’imaginer comment imaginer et magnifier une idée, un sujet. Vincent Munier n’a-t-il pas dit qu’il rêvait ses photos ? Et lorsque je regarde ces photos je ne crois volontiers.
Peut-être est-ce une particularité des artistes.

Savez-vous que nous pouvons sentir et entendre pendant notre sommeil ?
Alors faites de beaux rêves et à la semaine prochaine !

Dessin Bonne année 2021 ! Happy New Year ! Yoi toshi ! !نَخْبَكَ

Dessin Bonne année 2021 ! Happy New Year ! Yoi toshi ! !نَخْبَكَ

Bonne année 2021 !

Choose your language at the top of the right column of my website !

Cette année, je vous emmène au Maroc et au Japon pour voir comment on y fête le Nouvel An. En réfléchissant à mon oeuvre, je me suis rendue compte que ces deux pays avaient un point commun : leur boisson, le thé qui m’a inspiré pour réaliser ce dessin au stylo encre et aux crayons de couleur.

Au Maroc, il y a 4 « Nouvel An » !
On le fête en famille ou à l’européenne.
Les marocains musulmans célèbrent le nouvel an du calendrier islamique ou calendrier lunaire hégirien le 11 septembre en partageant un repas en famille. Cette date correspond à l’hégire, le jour annonciateur du début de l’exil du prophète Mohammed de la Mecque vers Médine en 622.
Les marocains amazighs fêtent Yenayer, le nouvel an berbère, le 12 janvier à la maison en préparant des mets comme “Herrbel”, soupe de blé concassé et de lait entier et des petits pains ronds incrustés de raisins secs.
Les marocains juifs fêtent Roch Hachana pendant quatre jours, du 9 au 11 septembre. Le soir venu, on se réunit en famille autour d’un repas de fête. La tradition veut que l’on mange des pommes trempées dans du miel, car c’est le jour où l’on demande à Dieu de nous offrir une année douce ou bonne.
Les marocains chrétiens le fête durant la nuit du 31 décembre au 1er janvier qui est un jour férié comme le Nouvel An hégirien.
On se met d’ailleurs « sur son 31 » (l’expression n’est pas anodine) en favorisant les paillettes. On déguste des plateaux de fruits de mer et du foie gras (mets consommés depuis l’Antiquité). Enfin, on se régale de pâtisseries dont le miel représente l’aliment principal, en sa qualité de symbole solaire, de pureté et de douceur.

Au Japon, on le fête plutôt en famille !
On souhaite la nouvelle année en envoyant une carte (nengajô) qui doit arriver le matin du 1er janvier. Les lettres pré-timbrées avec un timbre spécial aux couleurs de l’animal de la nouvelle année (le boeuf de métal à partir du 12-02-2021) contiennent un numéro de loterie, dont les Japonais raffolent.
On dépose devant la porte de sa maison avec un kadomatsu, composition décorative de bambous et de pins, et on y accroche un shimenawa pour protéger l’intérieur des démons shinto. On dépose également une offrande dans le tokoma (petite alcôve au plancher surélevé où on expose des plantes et des objets d’art) de la maison surmonté d’un shimenawa : souvent deux gâteaux de riz empilés appelés kagami mochi et une petite orange amère appelée daidai.
Les derniers jours de décembre, les Japonais font le grand ménage dans les maisons :  l’ôsôji est un rite de purification. Ils changent le papier des shoji (paroi ou porte de papier washi), remplacent les objets abîmés, aèrent les tatami. Ils doivent aussi avoir liquidé les affaires en cours et réglé leurs dettes avant d’entamer l’omisoka, le réveillon du 31 décembre, qui se déroule assez traditionnellement en famille, sauf pour les jeunes qui vont faire la fête entre amis.
On mange un bouillon de soba ou udon (nouilles) appelées toshikoshi (« passage de l’année ») qu’il faut intégralement finir.
Et il est généralement de mise de faire preuve d’optimisme et de bonne humeur.

TRES BONNE ANNÉE 2021 À TOUS !

Peinture et dessin Soie (tryptique) / Painting and drawing Silk (triptych)

Peinture et dessin Soie (tryptique) / Painting and drawing Silk (triptych)

Soie – Elle, Ses vetements, Son maitre

C’est en lisant le 3ème livre d’Alessandro Baricco, « Soie », que j’ai eu envie de peindre à l’aquarelle et de dessiner au crayon des scènes de ce roman qui se déroule entre la France et le Japon.
Cette histoire d’amour et de guerre se déroule vers 1860, elle décrit la découverte et le choc des cultures du français Hervé Joncour. Celui-ci entreprend quatre expéditions au Japon pour sauver les élevages lyonnais de vers à soie lyonnais contaminés par une épidémie. Son objectif est d’acheter des œufs sains du bombyx du mûrier, le papillon qui produit les cocons de fil de soie et c’est lors de sa première expédition qu’il rencontre cette japonaise dont il tombe amoureux et je n’en dirais pas plus pour vous donner envie de lire ce roman…

Savez-vous que le fil des araignées est un fil de soie ?