Dessin Poisson perroquet à écailles jaunes (Scarus ghobban) / Drawing A Blue-barred parrotfish

Dessin Poisson perroquet à écailles jaunes (Scarus ghobban) / Drawing A Blue-barred parrotfish

Poisson perroquet à écailles jaunes (Scarus ghobban)

Choose your language at the top of the right column of my website !

Et oui, un perroquet peut aussi être un poisson et cela vient du fait que sa dentition est proche de celle des perroquets oiseaux : leurs incisives sont soudées en quatre ou deux plaques dentaires pour chaque mâchoire. Les poissons perroquets se nourrissent des algues du corail et rejettent le corail sous forme de sable par leurs branchies. On les trouve entre 0 et 30 m de profondeur et les plus grands font 90 cm.
A l’exception du poisson perroquet des herbiers (Leptoscarus vaigiensis) qui vit dans le bassin Indo-pacifique, ils sont tous hermaphrodites : ils naissent femelle et prennent le caractère mâle au cours de leur croissance, on dit que ce sont des espèces protogynes.
Leurs couleurs varient en fonction de l’âge, du sexe et de l’humeur des individus. En phase initiale, le poisson perroquet à écailles jaunes a le corps beige-orangé avec cinq barres verticales bleues plus ou moins marquées. Avant la nuit, il produit et s’enveloppe d’un mucus qui masque son odeur, le protège des parasites et de certains de ses prédateurs, mais pas du requin corail qui détecte les ondes émises par les battement du coeur.

Pour le mettre en valeur j’ai choisi les crayons de couleur et le papier noir.

Rendez-vous vendredi prochain 6 août avec un bel homme…

Dessin Gélinotte des bois (Tetrastes bonasia) / Drawing A Hazel grouse

Dessin Gélinotte des bois (Tetrastes bonasia) / Drawing A Hazel grouse

Gélinotte des bois (Tetrastes bonasia)

Choose your language at the top of the right column of my website !

C’est au cours de dessin naturaliste de Paris-Ateliers que j’ai dessiné au crayon cette gélinotte des bois mâle qu’on reconnaît à sa caroncule rouge au dessus de l’oeil.

Longue de 40 cm, son envergure varie de 48 à 54 cm et son poids de 300 à 450 g. Elle fait partie de la famille des faisans et sa durée de vie est de 10 ans.
Son habitat est la taïga, les forêts mixtes de feuillus et conifères avec sous-bois riches en arbustes et en arbrisseaux dans les zones boréales, tempérées ou montagneuses. En Europe, elle fréquente souvent le flanc des collines ou des moyennes et basses montagnes jusqu’à 1500 mètres d’altitude environ. Elle évite les zones de paysages ouverts.

Sédentaire, lorsque les températures deviennent extrêmement basses, elle s’enfonce dans la neige pour éviter le froid nocturne comme le Lagopède alpin, le Tétras lyre et le Grand tétras.
Discrète, elle vit en couple ou en petits groupes familiaux qui se dispersent à l’automne et elle vole habilement entre les arbres pour échapper aux regards. Seule la femelle construit le nid, couve les oeufs et s’occupe des poussins qui sont nidifuges (ils quittent le nid dès qu’ils le peuvent).
Elle consomme principalement des végétaux et en été des insectes lorsqu’ils sont nombreux.
Eurasiatique, son aire de répartition va de l’Europe à l’île japonaise d’Hokkaïdo.

Rendez-vous vendredi prochain avec un perroquet à écailles…

 

Dessin Turquoise de la globulaire (Jordanita globulariae) / Drawing A Jordanita globulariae

Dessin Turquoise de la globulaire (Jordanita globulariae) / Drawing A Jordanita globulariae

turquoise de la globulaire _FA In

turquoise de la globulaire (Jordanita globulariae)

Choose your language at the top of the right column of my website !

Cet insecte est une turquoise de la globulaire ou procris de centaurées et il appartient à la famille des zygènes.
Une zygène ressemble à un papillon et comme lui, elle butine les fleurs pour se nourrir et dépose ses oeufs sur des plantes qui nourriront ses chenilles. Cette turquoise pond ses oeufs sur les centaurées et les globulaires d’où ses noms.
La plupart des zygènes sont noires ou grises avec des taches rouges sur les ailes ou l’abdomen. J’ai même eu la surprise d’en voir une dans un jardin naturel parisien qui devait être la zygène des prés (Zygaena trifolii), la plupart d’entre elles vivent en montagne…
De part sa couleur turquoise plus ou moins vive, nuancée d’argenté ou de doré et son corps bleu vif, la zygène de la globulaire est assez facilement reconnaissable même si sa couleur varie beaucoup d’un individu à l’autre. 
En Espagne et dans le sud de la France, l’espèce habite les pentes sèches ou les clairières herbeuses et fleuries des forêts, parfois aussi les prairies légèrement humides. Et je l’ai photographiée en montagne dans le Queyras.

Rendez-vous vendredi prochain avec un oiseau des forêts discret et rare en France !